mardi 25 octobre 2016

Dangerous days

Dernièrement dans mes oreilles.



• Je remercie l'internet de m'avoir fait découvrir la synthwave. Et Perturbator, en particulier. Quand je lance un album (le petit dernier The Uncanny Valley est fantastique, mais j'ai eu un coup de coeur pour le debut album TERROR 404), j'ai l'impression d'assouvir tous mes fantasmes d'aventures dans un univers cyberpunk SF urbain rempli de néons colorés où la nuit serait perpétuelle, le tout sous une couche d'esthétisme années 80 - un genre de Blade Runner sous acide. (et chose improbable, ils sont français, de même que d'autres gros noms de la scène synthwave comme Carpenter Brut)




• Le nouvel Epica ne déçoit pas. Je les voyais mal surpasser leur album précédent, mais The Holographic Principle est tout bonnement incroyable. Il est de ces albums dont j'aimerais pouvoir écouter toutes les chansons à la fois, parce qu'en écoutant l'une je meurs d'impatience que la suivante arrive, tout en souhaitant que la précédente ne finisse jamais. Dancing in a Hurricane a été un coup de cœur immédiat, avec la façon dont elle monte en puissance après un début assez calme juste avant d'atteindre les 30 dernières secondes qui ne sont que pure perfection. •


• I Believe, ou Ghost reprennent une chanson et font passer l'originale pour un remix ringard. Ce titre me donne l'impression de flotter hors de mon corps, et je vous jure que je ne dis pas ça juste parce que c'est poétique. J'ai eu des frissons non-stop pendant quatre minutes la première fois que je l'ai écoutée, puis la deuxième, troisième... quinzième fois. Ces lignes de clavier vont me hanter pour toujours. •


• J'attendais le retour de Wardruna comme le messie. Ragnarok, l'album qui conclue la trilogie Runaljod, est sans surprise un voyage merveilleux. Une symphonie envoûtante toujours dans la lignée de ses deux prédécesseurs, avec un côté plus noir et plus brutal qui ne peut que me ravir. Comme je l'ai souvent lu, leur musique est comme un rituel mystique, qui parle à tout votre être... ou pas. Et j'attends impatiemment de pouvoir en faire l'expérience live. •


• Et sans transition après la messe chamanique viking, je suis tombée amoureuse du dernier album de Die Antwoord. Je ne sais pas trop quoi en dire à part qu'ils sont barrés, que leurs paroles sont hautement discutables, mais que j'adore et que ça me donne envie de danser - raison suffisante. •

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire