lundi 26 septembre 2016

The Crownless again shall be King.

Encore un mois d'absence. Difficile de savoir par où reprendre, tant Septembre a été un enchaînement sans fin de montagnes russes. De tristesse infinie à espoir subtil. De résignation passive à équilibre délicat.

Commencer un nouveau boulot qui allait non pas simplement me faire sortir de ma zone de confort mais me jeter nue dans la fosse aux lions, alors que j'étais encore occupée à ramasser les miettes de mon cœur meurtri, s'est avéré... éprouvant. J'étais si près de tout lâcher que j'ai du mal à comprendre comment je me retrouve à écrire cet article aujourd'hui. 
J'ai pleuré des océans, refais ma vie en pensée des centaines de fois, noirci des pages et des pages de mes cris et de mon désespoir, grimpé une à une les branches du futur des possibles - tout ça sans bouger de mon lit.

L'introvertie que je suis a trouvé l'espoir dans les paroles des plus belles personnes qu'il m'ait été donné de rencontrer, et je ne sais pas qui je dois remercier pour les avoir fait croiser mon chemin - peut-être moi-même, tout simplement - mais merci. 

Cette fois je suis certaine d'avoir vu le fond, et maintenant je suis déterminée à grimper sans discontinuer. J'ai su que j'étais sur la voix de la guérison quand j'ai passé le pas de la porte de mon précédent chez-moi sans aucun regret. 
L'été maudit est derrière moi, l'automne et sa beauté m'attendent, et je suis prête.