samedi 27 février 2016

Down with the sickness.

Lectures de février.

• Le fils, Jo Nesbø

J'ai un peu de mal à me lancer dans tout ce qui est de l'ordre du policier, que ce soit série, film ou livre, il faut vraiment quelque chose en plus pour me convaincre d'aller au delà du résumé.
Ici l'intrigue se déroule dans les bas-fond d'Oslo. On y suit Sonny, héroïnomane en fuite, dans sa quête de vengeance envers ceux qui ont fait passer la mort de son père pour un suicide. Et voilà pile poil ce qui m'a plu : certes on a le point de vue de la police (et le genre de personnage un peu entendu mais qui reste intéressant) mais les passages les plus importants à mes yeux sont ceux qui suivent Sonny, et c'est rafraichissant de se retrouver du côté du "méchant" de l'histoire. D'autant que le personnage est très attachant, de part son passé et les questionnements existentiels qui le taraudent. Les rebondissements s'enchaînent et ne se ressemblent pas et ça en devient presque impossible de lâcher le livre tellement la curiosité est forte. On se laisse emporter dans une spirale de meurtres clairement sanglants et d'autres trucs pas très joyeux dans un ambiance bien sombre, donc tout ce que j'aime (mais je suis gentille en vrai).
Je ne peux que vous conseiller ce livre même si ce n'est pas votre genre de prédilection, je ne doute pas qu'il saura vous convaincre comme il l'a fait pour moi.


• Divergent - Insurgent - Allegiant, Veronica Roth

L'histoire se déroule dans un Chicago post-apocalyptique où une société bien particulière a vu le jour. La population est répartie en cinq factions définies par un seul trait de personnalité : audace, sincérité, altruisme, érudition, fraternité. Cette division prévient la libre pensée, enfermant tout un chacun dans un comportement précis. Cependant les divergents ne rentrent pas dans ces cases, leur personnalité ne pouvant pas se réduire à un trait unique, et cette différence les met en danger.

Mille ans après tout le monde, j'ai enfin réussi à m'auto-convaincre de me lancer dans cette trilogie. J'ai ouvert le premier livre sans rien en attendre et refermé le dernier 4 jours plus tard - incapable durant ce laps de temps de me raisonner et de les poser un peu pour faire durer le plaisir. Spoiler : c'était TROP. BIEN.

Le monde créé dans ces livres est juste fascinant et m'a fait me poser beaucoup de questions autant sur moi-même que sur l'impact qu'un tel modèle de pensée pourrait avoir sur notre société.
J'ai lu les 3 livres d'une traite et j'ai donc un peu de mal à distinguer ce qui se passe exactement dans l'un ou l'autre. L'action est très très prenante et très fluide, il n'y a aucun temps mort (sauf peut-être la première partie d'Allegiant qui est un peu plus lente à se mettre en place) et c'est un véritable plaisir à lire (la VO use d'un vocabulaire assez simple, si vous cherchez à vous entraîner !).
Sans forcément m'identifier au personnage de Tris, je me suis quand-même retrouvée propulsée dans sa vision des choses et certains passages m'ont mis une boule au ventre incroyable (dans Insurgent notamment, chez les Érudits). L'histoire n'est pas du tout édulcorée comme on pourrait peut-être s'attendre en lisant de la young adult, c'est même carrément le contraire. Il y a des passages très sombres et violents.
La romance est une des plus authentiques que j'ai pu lire je crois, pas une once de passage cringe-worthy et je remercie l'auteure pour ça (la niaiserie peut facilement me gâcher un livre, j'imagine que je ne suis pas la seule...).
Et puis la fin. La fin m'a détruite, réduite en morceaux et jetée sous un rouleau compresseur (rien que ça) mais pour autant elle était parfaite, et en accord total avec l'évolution des personnages. Je n'aurais pas pu rêver mieux.

En gros, jetez-vous dessus. (et ne regardez pas les films ! J'ai fait l'erreur de vouloir regarder le premier hier soir, histoire de faire durer un peu le plaisir et de rester un plus longtemps dans cet univers. Bilan : c'était nul. Pas une bouse monumentale mais quand-même assez insipide, je travaille fort à effacer ces images de ma tête et retourner à celles que je m'étais créé en lisant.)

vendredi 19 février 2016

Cold and Catatonic

Dernièrement dans mes 
conduits auditifs.


Je n'ai commencé à apprécier pleinement Deftones que très récemment, lorsque l'album de Crosses (side-project de Chino Moreno) est sorti et que j'en suis tombée amoureuse et que je me suis dit que quand-même, il serait temps que ma connaissance de Deftones aille au-delà de Change et Back to School. Je retrouve dans Prayers/Triangles le côté planant et nostalgique de Crosses avec le côté plus heavy de Deftones, et c'est un mélange explosif. Je suis complètement conquise par ce titre (et par la vidéo qui l'accompagne, aussi étrange que ça puisse paraître.) Vite, l'album !

(clic sur chaque pochette pour écouter)

Un peu de black dans cette sélection, quand-même. L'EP des français de Deliverance est puissant violent mais d'une violence contenue, froid. En fait la pochette est une allégorie parfaite de leur musique, en plus d'être magnifique. Mon morceau favori des quatre est Doomsday, please (peut-être pour son titre trop cool, d'ailleurs) mais je vous conseille d'en écouter l'intégralité parce que c'est bô. 
//
Je désespérais de reparler d'une sortie d'Eths un jour ! Et là, surprise : en quelques jours ils annoncent le nom de l'album, dévoilent l'artwork et un titre en exclu. Et je suis on ne peut plus conquise par cet aperçu. La chanson Alnilam est un concentré de toutes mes espérances : toujours des cris et du clair, une ambiance dans la lignée de III avec un poil plus de lourdeur dans l'atmosphère, et il ne me manque plus que de pouvoir lire les paroles pour pouvoir apprécier le titre à 100%. Je pense qu'Eths est le seul groupe que j'écoute pour lequel les paroles ont une telle importance : ils nous ont habitué à une poésie lourde de sens qui donne beaucoup de corps aux chansons. Le peu de visuel qui a été dévoilé est fantastique et j'ai très hâte d'en voir/entendre plus.

 

Oui vous ne rêvez pas, je viens bien de poster un titre de Beyoncé sur mon blog, comme ça sans pression. En fait si je m'écoutais je le posterais 40 fois tellement j'ADORE, d'ailleurs je peux sans problème chanter toutes les paroles à force de l'écouter. L'esthétique du clip m'a séduite en 0.36 secondes (particulièrement ces plans) et maintenant j'ai super envie de savoir danser comme ça ou encore comme ça


J'ai hésité à rajouter cette dernière chanson à la sélection. Très loin est le temps où j'étais une fan inconditionnelle d'Evanescence, et d'Amy Lee par extension. Je suis toujours leur actualité (ou leur absence, ha. ha. ha.) de loin cependant. J'ai jeté une oreille curieuse mais sans aucune attente sur les quelques covers qu'à fait Amy ces derniers mois, et je suis tombée amoureuse de celle-ci en particulier. Rien à voir avec une quelconque affection pour la chanson d'origine (je ne pense pas que je la reconnaîtrais si je venais à l'entendre d'ailleurs), cette version m'a cependant replongée dans les toutes premières demos d'Evanescence, et l'album Origin qui est celui que je réécoute le plus facilement maintenant. La douceur et la pureté de la voix d'Amy mélangée à un peu de noirceur et ce côté électronique qui me fait souvent tomber. Cette chanson aurait sans problème pu être aux côtés d'Eternal ou So Close, et ça me fait espérer de retrouver ces sonorités dans des compositions originales.

_______________________________

N'hésitez pas à me dire comment vous trouvez ces quelques titres (oui j'ai fait dans l'éclectisme aujourd'hui) et à partager vos derniers coups de cœur musicaux. xx

dimanche 7 février 2016

Listen to them, the children of the night. What sweet music they make!

Aujourd'hui je vous ai concocté un article pour le plaisir des yeux. Je l'ai dis 100 fois, je passe beaucoup de temps sur instagram. Le problème avec cette plateforme c'est que quand on commence à suivre un nombre conséquent de comptes, les petites perles ont tendance à se noyer dans le flux de photos. Dans cet article, j'ai sélectionné cinq comptes qui sont parmi mes favoris. C'était à la fois très compliqué (pour tout vous dire, à la base j'avais fait une liste de 10 personnes et puis j'ai eu la flemme d'assembler autant de sélections de photos, voilà) et très très simple puisque ceux que j'ai choisis sont à mes yeux de petits bijoux que je ne me lasse pas de faire défiler sur l'écran de mon téléphone.

______________________


Je commence sans objectivité aucune puisque je connais Anne-Cécile irl, mais ça n'enlève pas la beauté irréelle qui se dégage de ses photos. Beaucoup de paysages embrumés, du sombre et de la noirceur en veux-tu en voilà, un visage mais oh-mon-dieu-est-ce-que-j'ai-besoin-de-dire-à-quel-point-elle-est-belle et du black metal = le combo parfait pour plaire à mon petit coeur.
______________________


Ici c'est la douceur meet les forêts brumeuses et une couleur de cheveux qui me fait maudire le jour où j'ai teins ma propre tignasse en noir. Les photos de Samantha me rendent calme, pour je ne sais quelle raison. Pour les amoureux de nature et de couleurs dé-saturées.
______________________


On poursuit avec le manque total d'objectivité puisque Noémie est ma coupine et que n'ai pas encore vu une seule photo sortant de son appareil qui m'ait déplu. Elle sait sublimer comme personne les paysages de notre Auvergne natale, et se débrouille tout aussi bien pour les étendues de la Suède où elle habite actuellement. Je ne me lasse pas de ces couleurs chaudes et de son beau chapeau.
______________________


On change un peu de ton. Modèle, maquilleuse, youtubeuse et maman, le compte de ReeRee regorge d'inspiration vestimentaire et d'une touche de nature australienne ce qui ne gâche rien (et de motivation pour garder mes cheveux noirs, cette fois-ci !). Elle a aussi un compte youtube où elle publie principalement des tutos make-up, et je vous encourage à y jeter un oeil parce que c'est la définition même du talent.

______________________


Des cheveux de petit poney meet une bombe atomique, je pense que ça résume bien Ariane Valentine. Vous trouverez principalement des selfies sur son compte et clairement, ce n'est pas pour me déplaire. Je reste là aussi pour toujours sans voix face à ses talents niveau make-up et ses sourcils qui sont sharp enough to kill a man. La bôté quoi.

______________________

En espérant avoir ravi vos globes oculaires autant que les miens, n"hésitez pas à me dire ce que vous pensez de ma sélection et à partager vos petites perles d'instagram si vous en avez. xx

vendredi 5 février 2016

A moment of silence... but not one moment more.

Je me décris toujours comme quelqu'un qui lit beaucoup. C'est un semi-mensonge. En vérité, je suis quelqu'un qui, pendant une période, pouvait engloutir de gros pavés de 800 pages en 24h, mais qui a perdu cette faculté de concentration au profit du checkage de tumblr/YouTube/etc il y a quelques années.

En ce moment c'est un peu une tendance générale que de tout blâmer sur les réseaux sociaux, cette engeance du démon 2.0. Ce n'est pas ce que je souhaite communiquer en écrivant cet article, parce que je pense qu'ils sont un outil merveilleux et je reste team internet à 100%. MAIS ils faut bien l'avouer, ils ont volé ma capacité à me concentrer sur les caractères imprimés. C'était un peu devenu une fatalité. Deux pages, je checke twitter, deux pages, je checke instagram, je balance mon portable au loin et galère à finir mon chapitre, puis abandonne mon bouquin pour aller sur YouTube.


Et PUIS je suis tombée sur cet article qui parle justement de pourquoi nous ne pouvons (savons ?) plus lire, et sans rire c'était un peu la révélation pour moi.
Je vous encourage vivement à lire l'article en entier mais je trouve que ce passage résumé bien le nœud du problème :

It turns out that digital devices and software are finely tuned to train us to pay attention to them, no matter what else we should be doing. The mechanism, borne out by recent neuroscience studies, is something like this:

- New information creates a rush of dopamine to the brain, a neurotransmitter that makes you feel good.
- The promise of new information compels your brain to seek out that dopamine rush.

With fMRIs, you can see the brain’s pleasure centres light up with activity when new emails arrive.
 

So, every new email you get gives you a little flood of dopamine. Every little flood of dopamine reinforces your brain’s memory that checking email gives a flood of dopamine. And our brains are programmed to seek out things that will give us little floods of dopamine. Further, these patterns of behaviour start creating neural pathways, so that they become unconscious habits: Work on something important, brain itch, check email, dopamine, refresh, dopamine, check Twitter, dopamine, back to work. Over and over, and each time the habit becomes more ingrained in the actual structures of our brains.
 

How can books compete?

En gros, nous sommes addicts à l'information nouvelle, constante, et simplement lire une histoire n'est pas suffisant pour apporter ce rush de dopamine qui contente notre cerveau. Pour quelqu'un comme moi qui est habituée à checker les différents flux que je suis très régulièrement, ça demande un effort conscient de ne penser qu'au livre, rien qu'au livre, se raisonner et se dire que ces tweets seront toujours là dans quelques heures et que non je n'ai pas besoin de tout savoir tout de suite.

Comme j'ai envie de lire plus, et pas seulement pour conserver mon titre de bookworm mais parce que j'aime ça et que le plaisir de me plonger longuement dans des bouquins me manque, j'ai décidé de me lancer un petit challenge. Cette année je veux lire au moins deux livres par mois. C'est peu, mais ça ne doit pas être loin du double de ce que j'ai lu l'année dernière ! Un bon début, donc.

J'ai créé une nouvelle page pour y inscrire mes lectures terminées, en cours, et pourquoi pas les ouvrages que j'aimerais lire prochainement. J'aimerais aussi faire plus d'articles reviews de livres, même si je ne suis pas certaine d'être la meilleure critique littéraire.
Je commence directement aujourd'hui par certaines de mes lectures de janvier !



• De Bons Présages, Neil Gaiman, Terry Pratchett

Je ne savais pas trop à quoi m'attendre en me lançant dans ce livre, je ne me souvenais même plus vraiment du résumé... Un livre sur l'Apocalypse ? Ok.
On y suit entre autre les pérégrinations d'un ange, d'un démon, de la descendante d'une prophétesse, d'un inquisiteur, des quatres chevaliers de l'apocalypse, du fils de Satan...  tout un programme. J'ai souvent du mal à apprécier pleinement les livres au ton parodique, mais celui-ci avait juste ce qu'il fallait de sarcasme pour me plaire, ainsi qu'une critique de la société et de la religion délicieuse à lire.
J'ai adoré les personnages de Rampa (ou Crowley) et Aziraphale et leur amitié improbable, leurs apparitions étaient de loin mes passages préférés du livre. J'ai par contre eu beaucoup de mal à accrocher aux Eux, j'ai trouvé que les passages leur étant consacrés cassaient le rythme autrement rapide et entraînant du livre.
En conclusion j'ai quand-même beaucoup aimé et je suis contente d'avoir rayé ce titre qui était depuis bien trop longtemps dans ma liste à lire.

• Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ? Philip K. Dick

J'ai commencé par regarder Blade Runner, le film tiré de ce roman, et j'en suis ressortie avec beaucoup de frustration - même s'il m'a beaucoup plu. J'ai trouvé que le tout manquait d'explication, de pourquoi. Il ne m'a fallu que quelques jours après ce visionnage pour me décider à me lancer dans dadoel et pour le coup, je suis comblée. Même avec le film aussi frais dans ma mémoire j'ai eu l'impression de redécouvrir toute l'intrigue. Toute la partie sur les animaux, leur rareté, le privilège d'en posséder, donnait une toute autre dimension au personnage de Rick et ça m'a permis de vraiment m'attacher à lui. Le propos sur l'empathie a beaucoup résonné en moi, ainsi que la réflexion sur ce qui donne vraiment leur humanité aux humains.
En bref j'ai passé un très bon moment, je conseille cette lecture à toutes les personnes qui ont vu et aimé Blade Runner et je me ferai moi-même un plaisir de le relire dans quelques temps.

____________________

Voilà un pavé, un. J'ai écrit la première partie de cette article il y deux semaines environ, et je me rends compte que ce n'était donc pas si difficile de privilégier les livres au reste. Je pense que c'est une tendance générale chez moi en ce moment que de m'éloigner un peu du net ce qui n'est sûrement pas plus mal. N'hésitez pas à partager vos avis sur les livres dont j'ai parlé si vous les avez lu, et peut-être votre expérience quant à cette difficulté de ce concentrer sur tout ce qui n'est pas sur un écran. Rassurez-moi, dites-moi que je ne suis pas seule ! ;) xx