lundi 20 juillet 2015

Yearning for life

Dernièrement dans mon écran
*Je profite d'un accès temporaire au wifi (je vole celui des voisins mais chut) pour mettre les choses à jour par ici. Non je n'ai toujours pas internet et oui je vais bientôt changer de FAI, parce que chez free ils sont bien mignons mais ils me pètent sévèrement les ovaires. En attendant voici une petite sélections de films/séries vus ces derniers temps. Prenez de quoi grignoter, ça va être un peu long.*


Wayward Pines est une des séries les plus wtf que j'ai vu récemment. Le début m'a fait penser à un croisement entre Twin Peaks et Mulholland Drive, voyez le niveau. Ethan Burke enquête sur la disparition d'agents fédéraux, et se retrouve... on ne sait pas trop où. Pendant la moitié de la saison on nous balade sans rien nous expliquer, et le tout aurait pu très vite tomber à l'eau si la révélation tant attendue n'était pas aussi géniale. Rien qui n'ai pas déjà été vu, mais c'est amené d'une telle façon que je me suis complètement laissée bernée. Le tout dans une ambiance nord-ouest américaine plutôt typique (ne dites rien à personne mais le décor de Twilight me fait toujours rêver, il faut juste oublier tout le reste). Bref, je n'en dévoilerai pas plus mais si vous vous laissez tenter et que le début ne vous convainc pas, persévérez jusqu'au 5-6ème épisode au moins avant d'abandonner. J'espère vraiment que la série sera renouvelée pour une seconde saison ! (funfact : j'adore le mot 'wayward', je ne saurais pas dire pourquoi mais ça me fait aimer la série encore plus. #objectivité)


J'ai un faible pour les histoires qui se déroulent en prison (poke Dog Pound et Orange Is The New Black). Je ne sais pas si c'est l'effet de huis clos qui fait qu'on s'attache plus facilement aux personnages, ou tout simplement parce que c'est un milieu qui me touche, mais Starred Up n'a pas dérogé à la règle et il est entré directement sur la liste de mes films favoris. Jack O'Connell a.k.a Eric Love y est juste brillant (si un jour je me trouve face à ce mec je pense qu'il faudra m'amener en réanimation d'urgence). L'histoire est violente, comme on pourrait s'y attendre, mais aborde aussi plein de thèmes différents, notamment une relation père-fils compliquée. Le défaut de ce film : j'aurais voulu qu'il dure 3 heures de plus. Je mourrais d'envie d'en savoir plus sur l'histoire des personnages, et sur leur devenir.


White Bird in a Blizzard est un de ces films qui m'ont séduit par leur atmosphère, dans la lignée de White Oleander ou encore How I Live Now. C'est aussi un de ses films où les gens agissent bizarrement et où on se demande quel est le fuck ; sérieux Kat, ta mère a disparu et tu t'en tamponnes ? J'ai vu que certains ont reproché des longueurs au début du film notamment, alors déjà je ne suis pas d'accord mais justement c'est aussi une des raisons qui me l'ont fait aimer, j'aime regarder les gens vivre. Le dénouement m'a encore une fois prise totalement prise au dépourvu (je me laisse facilement berner) et c'est d'ailleurs renforcé par la subjectivité de l'ensemble, vu à travers le prisme de la vision du monde de Kat. Une part de moi aurait presque préféré qu'on ne nous dise rien, pour garder l'atmosphère de mystère. Oh et il y a Eva Green aussi. (#keurkeurkeur)


Ça serait mentir que de vous raconter que j'ai commencé à regarder Peaky Blinders pour une autre raison que la présence de Cillian Murphy. J'ai continué pour lui, et pour TOUT le reste. Cette série est génialissime. L'intrigue se déroule à Birmingham après la première guerre mondiale. On suit les Shelby, famille en mal de conquête et de grabuge. Les personnages sont variés et super intéressants, surtout celui de Tommy (joué par Cillian Murphy donc) sur lequel la série se centre principalement. Dans la première saison les frères Shelby reviennent du front et tentent de vivre avec ce dont ils ont été témoins et ce qu'ils ont du faire pendant la guerre, tout en reprenant les rennes de leur petite affaire familiale. Dans la deuxième on se concentre surtout sur leur expansion, on assiste à un genre de guerre des gangs version Angleterre des années 20 et on rencontre d'autres criminels comme Alfie Solomons, joué par Tom Hardy (Mad Max toussa) et qui est juste un vrai plaisir à voir évoluer. Le tout est saupoudré d'un accent british à se damner, et je ne peux que vous conseiller d'y jeter un oeil.


Et pour conclure cet article déjà bien long, je me suis décidée à regarder Cloud Atlas. C'est une grande fresque de presque 3h, mêlant 600 ans d'histoire et 6 destins différents (ou pas), tous liés. Je ne le savais pas avant mais on doit ce film aux Wachowski (qui sont aussi à l'origine des Matrix)(par la même occasion j'ai aussi découvert qu'iels ont produit et scénarisé V for Vendetta, allo quoi) du coup ça explique bien des choses (le génie du film par exemple). Donc c'est long (apparemment plein de gens ont quitté la salle de ciné au bout d'une heure, ça se voit qu'ils ne paient pas 10€ la place hein) mais je n'ai pas vu le temps passer ; les 6 histoires, qui sont toutes passionnantes à leur manière, se mélangent et se dévoilent au fur et à mesure du film sur un schéma semblable, et dans un but qui pourrait se résumer à la découverte de la vérité et la recherche de la liberté. Il fait partie des films qui requièrent au moins deux visionnages pour en capter toutes les subtilités et pour comprendre vraiment l'enjeu de l'histoire. Le tout est aussi une grande réflexion sur la manière dont nos actes altérent le cours du temps, aussi insignifiants que nous puissions être à l'échelle de la planète. Les décors sont aussi magnifiques, ce qui ne gâche rien : passer des îles du Pacifique au XIXème siècle à un Séoul néo-futuriste en faisait un arrêt dans une maison de retraite anglaise, de nos jours, c'est une vraie expérience.
Bref, si vous aimez les films un chouilla prise de tête (hello Matrix hein) foncez voir Cloud Atlas ;)

A la prochaine les gens, et priez les dieux de l'internet pour moi. xx