samedi 29 novembre 2014

Sensorium

Random life updates.

001. Depuis que j'habite à Aix, mes visites dans le village de mes grands-parents se sont drastiquement réduites, passant de mensuelles, ou presque, à plus ou moins semestrielles. Ce qui me manque le plus en ce moment, ce sont les ballades en forêt. Les petits sentiers recouverts de feuilles mortes que je reconnaitrais entre mille, le calme et les odeurs de terre et de champignons. De ma région d'origine il y a peu d'endroits qui me manquent, mais les forêts de Margeride et du Gévaudan en font définitivement partie.


002. Avec le Chevelu, nous avons fini récemment de regarder Sherlock. Jusque là la série ne m'intéressait pas des masses, et même le fandom envahissant de tumblr n'avait pas réussi à me convaincre. C'est un article de madmoizelle qui a attiré ma curiosité (oui bon on se motive comme on peu, hein) et du coup je les remercie. Chaque épisode est comme un film à part entière, basé chacun -je crois- sur un livre. (je pourrais me tromper, je n'en ai lu qu'un seul il y a environ 600 ans et n'en ai quasiment aucun souvenir)(coucou la blogueuse en carton) Et donc en résumé, c'est génial. Le duo Benedict Cumberbatch et Martin Freeman fonctionne excellemment bien, j'avais un peu de mal avec le premier auparavant mais là c'est bon, ça y est, je suis amoureuse.

Dans la même veine, et puisqu'il se passe environ 18 ans entre chaque saison de Sherlock (*se tire une balle*), nous avons commencé True Detective. (dire qu'il n'y a pas si longtemps je disais volontiers ne pas aimer les séries policières, AHEM) J'aime déjà beaucoup l'ambiance (qui n'est pas sans rappeler Hannibal) et la façon dont l'intrigue est construite, avec ce retour sur le passé. L'enquête n'est clairement pas le point central de la série pour moi, et je suis totalement fan de ce rythme lent et contemplatif (mais sans longueurs toutefois). On a seulement vu 3 épisodes mais j'ai vraiment hâte d'en apprendre plus sur les personnages (#teamRust). A suivre.


003. Mercredi soir, c'était concert d'Epica (!), Dragonforce et Dagoba. J'ai déjà vu ces derniers plusieurs fois puisqu'ils sont originaires de Marseille et y jouent régulièrement. Honnêtement je n'en attendais pas grand chose puisque je n'ai rien écouté d'eux depuis des lustres et que leur dernier album m'avait moyennement convaincue. C'était sans compter sur leur énergie qui m'a finalement happée dès les premières notes, c'est vraiment un groupe pendant lequel il fait bon se défouler. La nouveauté c'est qu'ils ont intégré plus de chant clair et justement la voix claire de Shawter est vraiment un plaisir pour les oreilles (et en plus il n'est clairement pas désagréable à regarder huhu, dommage qu'il soit plus ou moins un gros c*n). Bref, malheureusement leur setlist n'a duré qu'une trentaine de minutes qui sont passées bien trop vite.

Ensuite il y avait donc Dragonforce. Bon clairement je n'aime pas spécialement leur musique (qu'ils qualifient eux-même d'extreme power metal et il y a de quoi hein, ça va tellement vite que j'avais l'impression d'être morte de fatigue sans avoir bougé (sans exagérer du tout)). Je reconnais que techniquement ils sont très forts mais je me suis plutôt ennuyée.

Et enfiiiin Epica ! Ce show les a propulsés dans le top de mes groupes favoris (et de mes meilleurs concerts), ils m'ont scotchée tout simplement. Toute l'instru déjà fantastique sur CD devient grandiose en live, et c'est sans parler de la voix de Simone (du charisme de Simone, du sourire de Simone, du déhanché de Simone, de l'humour de Simone)(et de ses cheveux)(oui je suis un peu tombée amoureuse)(pour la 2ème fois de l'article). Je n'ai pas grand chose d'autre à dire sinon que j'étais captivée par leur performance et que j'espère les revoir bientôt.


004. Et enfin (OUI ça y est je vais bientôt la fermer !) j'ai vu le dernier Hunger Games cette semaine. Disons le tout de suite j'ai été super déçue. 
La manie de séparer le dernier volume d'une saga en deux parties lancée par Harry Potter a le don de m'énerver, surtout que là c'était vraiment injustifié. Qui plus est sachant que ce volet est en grande partie consacré au sauvetage de Peeta que je ne peux pas saquer, ça n'allait pas aider. Pour le reste, on assiste à la mise en place un peu molle de la révolution qui s'étire en longueur et finit par nous laisser sur notre faim puisque la grosse part du gâteau est conservée pour le dernier film. (et pour en rajouter une couche les voix françaises étaient dégueulasses, surtout celle du personnage de Natalie Dormer qui m'a gâché tous les moments où elle apparaissait)
J'oublie et j'attends le prochain, donc.

Et sur ce. xx

mardi 11 novembre 2014

Together we go unsung.

Dimanche 2 nous nous rendions à Lyon pour y assister au concert de Skálmöld, Arkona et surtout, SURTOUT, Eluveitie ♡
L’événement a eu lieu dans la toute petite Salle du Kao, et forcément c'est toujours agréable de voir de tels groupes dans salles de la taille du salon de mes parents (ou presque).

Donc après les péripéties pour entrer dans la salle après que la sécurité ai décidé de placer des barrières pile au milieu où tout le monde attendait (mais oui les gars regardez on va faire reculer quelques centaines de personnes impatientes et déterminées à obtenir une bonne place, facile !) nous sommes finalement rentrés direction barrière (ou 2ème rang pour moi, mais l'avantage d'avoir des amies de petite taille c'est que je n'ai pas vu la différence ^^).

Seconde fois que je voyais Skálmöld (bien qu'on ait eu le temps d'assister qu'à la moitié du set la première fois) et ils ont largement été à la hauteur de mon souvenir. Ce n'est pas un groupe que j'écouterais en version studio mais ils envoient bien le pâté en direct ! Le plus impressionnant cependant, et pour toute la durée de la soirée, c'était le public. Jamais je n'ai vu une foule aussi déchaînée, habituée d'autant plus par des publics de première partie toujours un peu mous. Je crois bien que les membres du groupe ont été quelques peu secoués par la réactivité de l'audience, et le batteur était littéralement mort de rire durant tout le set, montrant au guitariste la fosse presque entièrement impliquée dans un pogo géant. Quant au meilleur moment, c'est celui où le claviériste un peu caché, que je n'avais même pas vu pour être honnête, s'est mis à chanter. J'ai cherché partout l'origine de cette voix puissante avant de le remarquer, et c'était grandiose honnêtement. Ça m'a rappelé Tyr et leur harmonie de voix du même genre qui m'avait presque tiré les larmes des yeux il y a un an de ça.


Deuxième fois que nous voyions Arkona également (la première était dans une salle encore plus petite !), et laissez moi vous dire que si je pensais avoir été secouée pendant le premier groupe, ce n'était rien comparé à ce qui m'attendait pendant le set des russes. Toujours aussi imposants tant par la taille que l'attitude, on est mis directement dans l'ambiance par les chants traditionnels (?) diffusés dans la salle. Et quand Macha entre en scène, c'est l'apocalypse. Je serais pour toujours admirative de sa capacité à chanter, crier, sauter PARTOUT, se secouer comme une dingue tout ça sous une peau de loup et un pantalon en cuir sans mourir de chaud après moins d'une chanson. En grande forme eux aussi, même si pour le coup je préfère écouter leurs compo en version studio où qu'elles y ont plus de présence. En excluant tout de même les passages en voix claire qui sont juste majestueux.
Leur set est aussi celui où mon piercing au labret a bien failli vivre ses derniers instants, mais je m'en suis tirée avec un peu de sang et la lèvre enflée quelques jours. Trve metol.


Et enfin les tant attendus, Eluveitie. Déjà je me suis sentie débile parce que j'étais persuadée qu'ils parlaient français. Alors si vous étiez comme moi ben non, voilà. 
J'attendais de les voir depuis trouzemille ans comme je l'avais déjà dit et n'ai pas été déçue, c'était énergique et festif et grandiose, du Eluveitie quoi. Un peu moins violent que les deux groupes précédents ce qui n'était pas plus mal parce que je commençait à fatiguer. J'ai chéri les passages où Anna chantait, elle a vraiment une voix (et un sourire) magnifique et je suis triste comme les pierres de ne pas avoir eu droit à Alesia (mais la setlist était géniale quand-même, ils sont pardonnés). Mention spéciale également à Chrigel conteur de légendes celtes. Et puis mon moi de 14 ans a bondi de joie en entendant les premières notes d'Inis Mona ♡ 
J'attends le jour où ils annonceront la sortie d'Evocation II suivie d'une tournée acoustique (on peut rêver non ?), c'est leur seule chance de surpasser ce concert je crois. 
(eh regardez ils nous ont même filmés !)

dimanche 2 novembre 2014

Your soul is on fire.


D'habitude j'aborde la mort des personnes célèbres avec un cynisme à toute épreuve, mais je me surprend à être étrangement affectée par la sienne pour une raison qui m'échappe. Rest in Peace, Wayne.