mercredi 13 mars 2013

Dig up her bones, but leave the soul alone

Ainsi me voilà repartie dans l'aventure du blogging. Qui sait pour combien de temps étant donné le nombre de tentatives avortées à mon actif.
Depuis que j'ai quitté skyblog (même pas honte) j'ai toujours ressenti le manque d'un espace en ligne pour raconter ma vie et échanger. Tumblr ne me semblant pas l'endroit idéal et blogger m'ayant toujours semblé être l'interface la plus simple à maitriser, me voilà.

Je suis loin d'avoir une vie trépidante remplie d'anecdotes à raconter, pas de talent particulier à exposer, en gros, rien à faire ici. Et pourtant.

Amandine donc, 18 ans bien tassés. En première année de fac mais peut être plus pour longtemps. Névrosée et ayant un problème majeur avec le fait de prendre des décisions. Plus je me tiens loin des gens, mieux je me porte. Problème évident de sociabilité. Contradiction sur pattes. Sédentaire complaisante qui rêve de voyages et d'horizons nouveaux. Noyée dans les riffs, les cris et les sons de double pédale depuis trop longtemps pour que ce soit récupérable. Amoureuse des graffitis corporels et autres perçages de peau intempestifs. Féministe convaincue. Sorcière viking sataniste voyageant à dos de dragon. J'ai trop de fois risqué de manquer un bus en voulant toujours rester quelques minutes de plus devant mon écran. Je n'ai pas d'ambition à convaincre à tout prix, mais je t'aimerai plus si tu es du même avis que moi. J'ai l'insulte facile et par défaut peu de foi en l'être humain. J'apprends à devenir moi même.
Je suis une personne charmante.


Je vous laisse sur cette chanson qui me hante depuis que je l'ai entendue pour la première fois, que j'ai écouté en boucle toute la journée et dont les paroles ne quittent plus mes pensées. (et dont le clip est ma foi pas dégueu) Si elle vous parle, vous l'avez certainement entendue dans le dernier trailer de la saison 3 de Game of Thrones.

 -- These are hard times for dreamers